Tout droit Réservé - Sud-Ouest Kinésiologie©      MENTIONS LÉGALES


"-L’état suprême de la beauté est la grâce, or dans le mot grâce, on entend la bonté, car la bonté est la générosité d’un principe de vie, qui se donne indéfiniment.
Donc à travers le mot grâce, beauté et bonté ne font qu’un. ..."

HENRI BERGSON


Bonjour à toutes et à tous

Prendre soin de soi… Suite


Si nous examinons honnêtement l’évolution des phénomènes, nous sommes obligés de conclure que le bilan n’est pas fameux et que la faillite semble généralisée. En occident, la santé physique se détériore, malgré des dépenses et des moyens techniques de plus en plus sophistiqués et performant.

En 2003, dans le magazine «  Votre santé », un article intitulé «  Sortir la santé du marché », indiquait que «  Malgré les dépenses exponentielles du marché de la santé,  engagées depuis l »invention de la médecine chimique, à partir des années cinquante, notre santé se dégrade de façon très inquiétante.

En 10 ans, les maladies endocrines ont progressées de 954 %, les maladies cardiovasculaires de 356 %, les maladies mentales de 214 % et les cancers de 352 %. Plus de 150 000 personnes décèdent chaque année du cancer en France. Le constat est clair : plus on consomme de médicament, plus on est malade… »

Cette logique de la standardisation et de la suppression des symptômes sans en comprendre l’origine nous envoie dans un mur, à grande vitesse. Vivre plus vieux résulte davantage des conditions d’hygiène de travail qui se sont fortement améliorées que des progrès de la médecine, quoi qu’on en pense.

Sur le plan psychologique et relationnel, le bilan n’est pas plus enthousiasmant. Malgré le développement extraordinaire de la psychologie, de la psychanalyse et des théories de communications, quelques  chiffres devraient nous faire réfléchir : consommation en augmentation croissante d’antidépresseurs, d’anxiolytiques, de neuroleptiques et de drogues ( pour tenir le coup…), explosions des dépressions et des « Burn-Out » » dans la tranche d’âge des 35 – 45 ans, divorces, violences sociales, insécurité. Pourtant ce ne sont pas les livres qui manquent en cette matière…. Y aurait-il fausse route là aussi... ?



Suite la fois prochaine....


Bonne lecture et à très bientôt

Max-Albert

Belle leçon.....:

" - Homme, il faut savoir te taire pour écouter le chant de l'espace.
Qui affirme que la lumière et l'ombre ne parle pas ?..-"

Proverbe Touareg


LA RUBRIQUE


"-Au fur et à mesure que je modifie mes pensées, le monde autour de moi se transforme..".

LOUISE L. HAY....


 LE LAIT ET SES PRÉCIEUX PEPTIDES BIOACTIFS


Composantes du lait et de ses dérivés, certaines protéines possèdent de nets bénéfices sur la santé humaine. Ainsi, les systèmes digestif, cardiovasculaire, immunitaire et neurologique se trouvent impactés par la libération de peptides bioactifs dans l’organisme.

Séquences de protéines composées de 2 à 20 acides aminés, les peptides bioactifs dérivés du lait n’ont aucune propriété avant libération dans l’organisme. Mais une fois assimilés par ce dernier, des bénéfices biologiques s’opèrent. La libération de ces peptides se fait lors du passage des aliments au niveau de l’appareil gastro-intestinal, un mécanisme régulé par l’action des enzymes digestives.

Une forte versatilité biologique

Pour mieux comprendre ces mécanismes, des chercheurs de la King Saud University (Arabie Saoudite) ont classé ces peptides en 5 catégories. Certains jouent un rôle antimicrobien. Ils inhibent dans ce cas des bactéries pathogènes comme Escherichia coli, Listeria monocytogenesStaphylococcus aureus et différentes salmonelles. Retrouvés dans ces peptides, la lactoférine et ses dérivés présentent une efficacité in vitro dans l’élimination de virus hépatiques comme le poliovirus et le rotavirus.

La deuxième classe des peptides participe à la régulation du système immunologique. Appelés immunomodulateurs, ils sont pour la plupart issus de la caséine et du lactosérum. Ils participent à la prolifération des lymphocytes, à la régulation de la production de cytokines pro-inflammatoires mais aussi à la synthèse d’anticorps et à la phagocytose sous l’action des macrophages.

Dans la troisième catégorie, les peptides bioactifs issus de caséine (le plus souvent humaine ou bovine) participent à la régulation de la pression artérielle et constitue donc un facteur protecteur de l’hypertension. Dans le quatrième groupe, les peptides dits opioïdes agissent sur le système nerveux central et périphérique. En participant notamment à la sécrétion de l’insuline et de somatostatine, ils aident à la régulation de l’appétit et au contrôle du poids. Enfin les peptides du cinquième groupe, composés d’acides aminés hydrophobes, s’avèrent connus pour leur action antioxydante. Leur mode d’action ? Capturer ou en éliminer les radicaux libres.

Des bénéfices pour la santé de l’Homme

Grâce à ces pouvoirs, les peptides bioactifs dérivés du lait sont – selon les mêmes chercheurs – efficaces contre la survenue de maladies chroniques comme les maladies non transmissibles, l’obésité, les maladies cardiovasculaires et le diabète. Ils participeraient à prévenir la survenue de certains cancers et de l’ostéoporose. Mais de quel lait parle-t-on ? Des protéines animalières dérivées du lait de vache, de chèvre et de brebis.

Malgré ces bénéfices, l’intégration de ces peptides bioactifs dans des médicaments ou aliments spécifiques prescrits dans un cadre clinique n’est pas encore au programme. De prochains travaux doivent en effet évaluer le risque allergique et toxique ainsi que la stabilité des modes de libération de ces peptides bioactifs dérivés du lait.

Source : King Saud University - Saudi Journal of Biological Sciences (2016) – Milk derived bioactive peptides and their impat on human health – A review. D.P. Mohanty, S Mohapatra, S.Misra, P.S. Sahu. Online 17 june 2015


LA GAZETTE DE LA ROCHELLE Rubrique Éditorial ARCHIVES Archives News