Tout droit Réservé - Sud-Ouest Kinésiologie©      MENTIONS LÉGALES


"-L'Artiste n'est pas un Homme à part, mais chaque Homme est un artiste à part-"

Ananda Coomaraswamy

LES FORMATIONS

En Mars

Montereau

Santé par le Toucher N°1
Èpigénétique N°1

Les Gonds (Saintes)

Santé par le Toucher N°5

Namur (Belgique)

Épigénétique N°1

Bonjour à toutes et à tous


Et si nous parlions de DOUANCE....


La Douance c'est quoi?


Je rencontre très souvent en consultations des enfants sur un thème récurrent : « difficultés scolaires », et pourtant bons nombre de ces enfants ont une intelligence frappante.

Pourtant ces difficultés scolaires et d’apprentissage que rencontrent les enfants que l’on nomme « surdoués » sont aujourd’hui de mieux en mieux reconnues et acceptées, cependant les raisons de ces échecs souvent retentissants restent encore trop souvent mal comprises.
Comment en effet admettre qu'un enfant à l'intelligence remarquable puisse se trouver en difficulté sur le lieu même d'expression de l'intelligence : l'école ?

Le mythe du génie et la confusion entre enfant surdoué et enfant sur-intelligent biaise dangereusement la compréhension de ce paradoxe. D’autant que l'appellation "intellectuellement précoce", la plus souvent utilisée idéologiquement et politiquement plus correcte, accentue encore cette représentation erronée.

Cette terminologie fait en effet référence à une vitesse de développement, l'enfant "précoce" étant alors celui dont le développement intellectuel s'effectue plus rapidement qu'un enfant du même âge chronologique.
La question que l’on peut se poser est : « Est-ce qu'à un certain âge, l'avance sera rattrapée et que l'enfant, puis l'adulte, fonctionnera selon les mêmes modalités que les autres? »

La clinique des enfants surdoués nous apprend au contraire qu’ils disposent d’un fonctionnement intellectuel spécifique qui rend leur intelligence atypique et leur mode de pensée singulier. Être surdoué ne signifie pas être quantitativement plus intelligent, mais disposer d’une forme d’intelligence qualitativement différente. L’exploration attentive et rigoureuse de la pensée des enfants surdoués selon la méthode d’exploration clinique que nous a enseigné Piaget et approfondie par les techniques d’examens psychologiques permet une approche et une connaissance approfondie des formes de la pensée de ces enfants, y compris dans leurs liens avec les aspects psycho-affectifs de la personnalité. Le diagnostic d'enfant surdoué ne peut se résumer à un chiffre de QI. Le score de QI est un indice qui permet d'orienter le diagnostic dans une démarche clinique complétée par des investigations complémentaires. Le fonctionnement intellectuel de l'enfant doit toujours être resitué dans une perspective psycho dynamique globale.
Source (J. Siaud-Facchin Psychologue Clinicienne).

Je vous propose dans les futurs news des axes de compréhension et de réflexions sur les spécificités du fonctionnement intellectuel des enfants surdoués et leurs liens avec les processus d’apprentissage.


Bonne lecture et à très bientôt

Max-Albert

Belle leçon.....:

"-La Divinité se cache en toi comme le grand manguier se cache dans le petit noyau de la mangue.
Ne t'accorde aucun repos avant de l'avoir trouver..-"

Bhagwan Mahâvîra...

LA RUBRIQUE


"- Sur ce dont on ne peut parler, il faut garder le silence..".

Ludwig Wittgenstein...


 Obésité infantile et produits laitiers : aucun lien


Un examen complet de la littérature scientifique de ces 27 dernières années indique que les produits laitiers ne jouent aucun rôle dans la survenue de l’obésité infantile. Des conclusions présentées lors du Congrès européen sur l’obésité qui s’est récemment tenu à Vienne (Autriche).

Les auteurs n’ont pas non plus trouvé de traces pouvant justifier que « le lait et les produits laitiers favorisent la prise de poids ou augmentent l’appétit. »

Mais revenons au début de ce travail conduit par une équipe de l’Institut Paul Bocuse. Les auteurs ont cherché à éclaircir le brouillard entourant l’impact supposé des produits laitiers sur l’obésité infantile. Ainsi ont-ils passé en revue 43 études transversales, 32 études longitudinales et 20 essais randomisés examinant les effets du lait sur le poids corporel d’enfants entre janvier 1990 et juin 2017.

Ainsi, ce sont plus de 200 000 profils qui ont été examinés. Résultat : « aucune preuve ne suggère que le lait (entier ou écrémé) ou qu’un quelconque produit laitier puisse jouer un rôle dans la survenue d’une obésité infantile. »

« Nos résultats devraient atténuer les inquiétudes que les parents pourraient avoir à propos de la consommation de lait et de produits laitiers de leurs enfants au motif qu’elle pourrait favoriser l’obésité », concluent les auteurs.

Source : European association for the study of obesity

LA GAZETTE DE LA ROCHELLE Rubrique Éditorial ARCHIVES Archives News